University of Toronto G8 Information Centre

SOMMET D'EVIAN 2003
Summit Documents

Conférence de presse avec
Luiz Inacio Lula da Silva, président du Brésil
Evian, 2 juin 2003

Notes non officielles par Céline Füri, Philippine de t'Serclaes et Christophe Gravend, Groupe de recherche sur le G8

Cette rencontre représente un véritable changement historique : pour la première fois autant de pays en développement (PED) sont invités à participer au G8. Ce sommet marque donc un tournant irrévocable, impulsé par les pays industrialisés, dans le mode des relations entre PED et pays riches. C’est non seulement une occasion de partager les problèmes, mais aussi d’insister sur le fait qu’il n’est plus possible de promouvoir la croissance mondiale sans inclure les PED. Qui plus est, les pays riches ont réalisé qu’ils avaient besoin que les pays pauvres se développent pour fournir un marché à leurs produits.

Il est très important aussi d’encourager l’action inter-PED : les PED devraient parallèlement entreprendre de se retrouver sans l’initiative du G8. « On n’a pas besoin d’attendre que nous invite le G8 pour nous réunir. » Les PED doivent se prendre en main et proposer des solutions de façon indépendante.

Par ailleurs, la question des barrières tarifaires est cruciale. L’augmentation des échanges inter-PED pourrait faciliter les négociations concernant l’élimination de ces barrières. Il est donc nécessaire d’accroître les contacts du Brésil afin d’en renforcer l’économie.

Le mot d’ordre : le Brésil doit rattraper le temps perdu. Il est temps pour ce pays de prendre sa place sur la scène internationale.

Questions de la presse et réponses:

Il est vrai que cette époque n’est pas très lointaine pour moi… Les mouvements sociaux sont très importants, car ils maintiennent une pression quotidienne nécessaire sur les gouvernements. Ma visite à l’Organisation internationale du travail à Genève demain témoigne de mon souci de garder vivants les débats sociaux. Les manifestants ? Ils ont raison de réclamer leur droit à la parole et doivent continuer de s’exprimer de la sorte.

Ces réunions ont l’avantage d’attirer l’attention sur des sujets importants – notamment, dans le cas présent, sur l’initiative du Brésil pour la constitution d’un fonds mondial contre la faim. C’est un processus de maturation, mais je sens que les dispositions de la part de tous les pays à consolider un nouveau paradigme de discussions commerciales sont bonnes.

Je crois qu’il est fondamental de travailler à une meilleure redistribution des richesses.

Il est clair que ce sommet constitue un point de non-retour. Le président Bush ne peut pas ne pas inviter l’année prochaine les pays présents aujourd’hui [dans le cadre du « dialogue élargi  »]. Tous sont sortis de la réunion en sentant que quelque chose avait véritablement changé. Nous devons pour notre part [les PED] nous valoriser entre nous, en marge du G8, et ne plus nous contenter d’attendre qu’ils nous invitent.

J’ai été très impressionné par Poutine. Deux pays comme les nôtres ne peuvent « penser petit » ; il y a un avenir certain pour des rapports commerciaux renforcés entre le Brésil et la Russie, ces deux pays possédant des marchés complémentaires de tailles comparables.

Les conditions sont présentes pour une réduction du protectionnisme dans le domaine du commerce agricole. Nous devons continuer de faire pression sur les pays riches, ce qui n’empêche pas que le commerce s’accroisse entre eux et nous.

Les engagements pris à Rome devaient être remplis en 2015 ; on en est déjà à penser à 2050…

Il est crucial que les programmes contre la faim soient générateurs d’emplois, et non simplement distributeurs de nourriture.

Il ne fait aucun doute que le Brésil mérite un siège permanent au Conseil de sécurité - dont les procédures de vote devraient d’ailleurs être revues. De même, l’Afrique devrait en obtenir un ou deux. Nous sommes en train d’élaborer un processus de discussion sur ce sujet.

    [retourner en haut] 

G8 Centre
Top
This Information System is provided by the University of Toronto Library and the G8 Research Group at the University of Toronto.
Please send comments to: g8@utoronto.ca
This page was last updated.

All contents copyright © 1995-2002. University of Toronto unless otherwise stated. All rights reserved.