G7/8 Official-Level Meetings and Documents

Déclaration

La Commission pour l'Afrique
11 March 2005
Londres

La Commission pour l’Afrique trouve les conditions de vie de la majorité des Africains intolérables et un affront à la dignité de toute l’humanité. Nous insistons sur la modification de ces conditions par un changement de politique en faveur des faibles.

Après avoir analysé la manière d’y parvenir et le coût que cela suppose, nous demandons que nos conclusions soient appliquées immédiatement au nom du droit et de la justice et au nom de notre humanité partagée.

À l’aube de ce nouveau siècle, à une époque de richesse et de progrès économique sans précédent sur tous les continents, il est inacceptable que l’Afrique s’éloigne davantage encore du reste du monde, sans être vue dans sa misère, laissée à sa souffrance.

La Commission, dont les membres agissent à titre personnel, a assimilé des années d’analyse et tous les rapports disponibles dans ses conclusions, lesquelles montrent clairement comment les choses auraient pu être autrement.

Nous vivons toutefois dans la réalité d’aujourd’hui. Le monde est très différent de ce qu’il était il y a 20 ans, lorsque nous avons découvert avec stupeur l’horreur de la grande famine africaine de 1984-1985. Le monde, qui était alors paralysé dans sa stase politique de la guerre froide, ne voulait pas sortir de ses idéologies concurrentes. La sortie de cette impasse et l’accroissement du commerce mondial qui s’est ensuivi, alliés à l’émergence des nouvelles technologies et aux changements culturels, ont créé un monde plus fluide, moins prévisible et pourtant plus interdépendant.

Ce monde en perpétuel changement a apporté des opportunités fabuleuses en même temps que la confusion, le changement et l’anxiété. Mais un tel changement crée de grandes possibilités pour nous tous et surtout pour l’Afrique, ce grand géant qui commence enfin à sortir de son sommeil forcé. Nous devons donc chercher à comprendre ces nouvelles forces qui sont en jeu autour de nous, tenter de les définir et, ce faisant, établir le cadre de politiques favorables aux pauvres.

Alliées à leurs voisins d’Afrique, les grandes nations du monde doivent maintenant agir ensemble, dans notre intérêt commun. Leur manière de procéder sera déterminée par les besoins et les désirs de chaque pays. Mais tous doivent s’engager immédiatement sur la voie qui mène à la destination finale commune d’un monde plus équitable.

Notre tâche était le premier pas. Elle est accomplie.

Source: Commission for Africa

[back to top]
G8 Centre
Top
This Information System is provided by the University of Toronto Library and the G8 Research Group at the University of Toronto.
Please send comments to: g8@utoronto.ca
This page was last updated .

All contents copyright © 2005. University of Toronto unless otherwise stated. All rights reserved.