Déclarations de la Présidence Canadienne

Le 13 juin 2002

  1. Les ministres des Affaires étrangères du G8 se sont réunis les 12 et 13 juin à Whistler afin d'échanger leurs points de vue et de coordonner l'action sur une série d'enjeux importants de portée mondiale et régionale. Les discussions ont principalement porté sur la lutte contre le terrorisme; l'Afghanistan; les tensions entre l'Inde et le Pakistan; le conflit au Moyen-Orient; la non-prolifération, le contrôle des armements et le désarmement, y compris les armes de destruction massive; et les Balkans. Nous avons convenu qu'il ne suffisait pas de simplement réagir aux crises, mais qu'il fallait aller plus loin et s'attaquer aux problèmes de gouvernance et de développement qui peuvent en être la source.

LUTTE CONTRE LE TERRORISME

  1. Le 19 septembre dernier, à la suite des attaques terroristes perpétrées contre les États-Unis et sur l'initiative de la présidence italienne, les dirigeants du G8 ont demandé à leurs ministres de concevoir des mesures concrètes contre le terrorisme. Hier, nous avons diffusé un rapport d'avancement sur la lutte contre le terrorisme où l'on décrit les mesures que nous avons prises depuis le 11 septembre 2001. Ce travail a été coordonné avec celui des ministres des Finances, de l'Intérieur et de la Justice. Nous avons réaffirmé notre engagement à défendre nos valeurs et nos libertés en poursuivant la lutte au terrorisme, une lutte qui, d'après nous, exigera une vigilance et un effort de tous les instants. Nous avons souligné l'importance d'accroître la collaboration entre les États du G8 pour empêcher les terroristes d'avoir accès à des armes chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. Les membres du G8 sont également déterminés à aider les États et les régions à développer leur capacité de lutte contre le terrorisme, en collaborant étroitement avec les Nations Unies et les organisations régionales pertinentes, et en concentrant leurs énergies sur les domaines où le G8 peut apporter une contribution utile. En offrant cette aide, nous nous concerteront pour éviter le dédoublement de nos efforts et garantir la meilleure utilisation possible de notre expertise.

AFGHANISTAN

  1. Les ministres des Affaires étrangères du G8 ont analysé la situation en Afghanistan, au sujet de laquelle ils ont émis une déclaration distincte hier. Nous avons exprimé notre ferme appui à l'égard du Loya Jirga d'urgence qui se tient actuellement en Afghanistan et offert nos félicitations à Hamid Karzai pour son élection aujourd'hui à Kaboul. Nous félicitons également le président Karzai, son cabinet et le peuple afghan pour les progrès remarquables qu'ils ont accomplis ces derniers mois dans le rétablissement de l'État afghan. Le Loya Jirga joue un rôle fondamental pour la création d'une autorité intérimaire représentative, inclusive et efficace, et il constitue un jalon déterminant vers les élections démocratiques qui doivent avoir lieu en 2004. Nous avons discuté de l'importance de répondre aux besoins exprimés par les autorités afghanes dans le but d'instaurer les structures de gouvernance essentielles au progrès. Afin de créer les conditions nécessaires pour apporter une aide humanitaire immédiate et de permettre de mener les efforts de reconstruction à plus long terme, le G8 a surtout porté attention aux questions concernant le secteur de la sécurité dans ce pays. Nous avons collaboré avec l'autorité intérimaire afghane, ainsi qu'avec M. Lakhdar Brahimi, représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Afghanistan, et la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), pour appuyer les initiatives visant à démobiliser et réintégrer les combattants, à créer une armée nationale, à créer des polices nationale et régionale, et à rétablir le secteur judiciaire. Nous avons porté une attention particulière à la résolution du problème que constituent la production et le trafic d'opium en Afghanistan. Nous avons également convenu de l'importance de concrétiser sans tarder les promesses faites lors de la Conférence de Tokyo en vue de soutenir la transition constructive qui a cours en Afghanistan et de permettre au peuple afghan d'espérer un avenir marqué par la sécurité et la stabilité.

INDE-PAKISTAN

  1. Les ministres des Affaires étrangères du G8 ont discuté des tensions entre l'Inde et le Pakistan, et exprimé leurs préoccupations persistantes devant le risque de conflit entre ces nations à capacité nucléaire militaire et la menace que cela poserait pour la sécurité et la stabilité dans la région et dans le monde. Nous avons insisté sur la nécessité d'une réduction soutenue des tensions et d'un dialogue politique entre les deux parties. Nous avons réitéré l'appel que nous avons lancé le 31 mai au Pakistan de mettre un terme définitif aux activités terroristes provenant de territoires sous contrôle pakistanais, et demandé aux deux pays de continuer à travailler en collaboration avec la communauté internationale en vue de trouver une solution diplomatique à la crise actuelle. Nous sommes également déterminés à poursuivre le travail auprès de l'Inde et du Pakistan en vue de résoudre les enjeux fondamentaux qui sont à la source de la crise actuelle, et à poursuivre des démarches diplomatiques concertées dans la région.

MOYEN-ORIENT

  1. Les ministres des Affaires étrangères du G8 ont examiné ensemble la situation au Moyen-Orient et demandé que l'on mette immédiatement fin aux actes de terrorisme et de violence. Nous avons réitéré la vision d'une région où deux États, Israël et la Palestine, vivent côte à côte à l'intérieur de frontières sûres et reconnues. Nous avons souligné notre engagement à collaborer ensemble, et avec toutes les parties en cause, pour maintenir les conditions de paix, de prospérité, de redressement économique, de dignité et de sécurité dans la région. Les ministres des Affaires étrangères du G8 ont applaudi à l'initiative que la Ligue des États arabes a adoptée lors de son sommet de Beyrouth, et à l'intention des États-Unis d'organiser une conférence internationale sur le Moyen-Orient.

NON-PROLIFÉRATION, CONTRÔLE DES ARMEMENTS ET DÉSARMEMENT

  1. Les ministres des Affaires étrangères du G8 ont discuté du changement du contexte de la sécurité internationale et des risques que pose la prolifération des armes de destruction massive pour la sécurité et la stabilité mondiales. Nous avons échangé nos points de vue sur le dossier mondial de la non-prolifération, du contrôle des armements et du désarmement, et avons applaudi à la récente entente conclue entre les États-Unis et la Russie sur la réduction des armes nucléaires. Nous avons convenu que ces événements constructifs offrent l'occasion de faire avancer les efforts en vue de résoudre les autres enjeux de la non-prolifération, du contrôle des armements et du désarmement. À cet égard, nous avons réitéré la nécessité de recourir à tous les instruments à notre disposition - des instruments multilatéraux ayant force exécutoire aux contrôles de l'exportation. En ce qui touche l'élimination du plutonium, nous avons affirmé l'importance de rendre le plutonium militaire excédentaire inutilisable en permanence pour la production d'armes nucléaires. Les pays donateurs s'affairent à conclure les négociations en vue de l'établissement d'un cadre multilatéral pour l'instauration du programme d'élimination du plutonium de la Russie en 2003.

LES BALKANS

  1. Les ministres des Affaires étrangères du G8 ont noté les progrès réalisés en faveur de la paix, de la stabilité, de la démocratie et de la coopération régionale dans les Balkans, lesquels visent à accroître la capacité de gouverner efficacement. Nous avons réitéré notre appui à une forte présence internationale dans la région. Nous avons pleinement appuyé les repères présentés au Conseil de sécurité par le représentant spécial du Secrétaire général pour le Kosovo. Ces repères seront importants pour atteindre les objectifs de la résolution 1244 du Conseil de sécurité et pour édifier un Kosovo démocratique et multiethnique.

PRÉVENTION DES CONFLITS

  1. Nous avons rempli les engagements que nous avons pris à Rome l'an dernier en vue de trouver de nouvelles façons de favoriser la prévention des conflits et, à cet égard, les experts ont terminé leur travail sur la gestion des ressources hydriques communes et sur le désarmement, la démobilisation et la réinsertion des anciens combattants.

AUTRES ENJEUX RÉGIONAUX

  1. Les ministres des Affaires étrangères du G8 se sont félicités de la reprise des pourparlers en vue d'un règlement juste, viable et global du problème chypriote. Nous avons appelé les deux dirigeants chypriotes et toutes les autres parties concernées à intensifier leurs efforts pour parvenir à un accord et surmonter les derniers obstacles à un règlement durable. Nous avons applaudi à la récente visite du Secrétaire général des Nations Unies à Chypre et souscrit à son espoir que l'on puisse bientôt en arriver à une entente et que les Nations Unies puissent contribuer pleinement à la réalisation de cet objectif.
  2. Les ministres des Affaires étrangères du G8 ont convenu qu'il fallait encourager davantage les initiatives en vue de réduire les tensions et d'instaurer une paix durable dans la péninsule coréenne. Nous avons réitéré notre appui à la politique d'engagement de la République de Corée. Nous avons convenu qu'il fallait continuer à exhorter la République populaire démocratique de Corée à répondre de façon constructive aux préoccupations internationales sur la sécurité, la non-prolifération et les questions humanitaires.
  3. Nous avons convenu de nous rencontrer à nouveau durant l'Assemblée générale des Nations Unies à New York en septembre.

Source: Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international