Initiative du G8 concernant les conflits et le développement

Le 13 juin 2002

Promouvoir une gestion collective et durable des ressources hydriques communes

Le G8 a souligné à maintes reprises les risques de conflit que peuvent entraîner les problèmes d'environnement et de ressources. À leur réunion de mars 1999, les ministres de l'environnement du G8 ont fait observer que la dégradation et la rareté des ressources, et leurs conséquences socio-politiques, constituent une menace possible pour la sécurité, car elles peuvent déclencher ou envenimer des conflits civils et des conflits entre États. De même, dans le cadre de l'initiative de Miyazaki "Conflit et développement" destinée à prévenir les conflits, le G8 examine des moyens d'utiliser l'aide économique et l'aide au développement pour s'attaquer aux causes des conflits créés par la course aux ressources naturelles comme l'eau, et d'encourager des approches régionales à leur gestion.

L'eau est indispensable à l'homme et essentielle au développement. Elle est absolument nécessaire pour produire des aliments, améliorer le bien-être social et assurer la croissance économique. Elle est aussi vitale pour l'environnement. Aujourd'hui déjà, elle est une ressource rare dans de vastes régions du monde. On estime qu'environ un sixième de la population de la planète n'a pas accès à de l'eau potable sûre, et que le tiers ne dispose pas de moyens d'assainissement. Si la tendance actuelle se poursuit, deux habitants de la planète sur trois vivront dans des pays considérés comme étant "sous stress hydrique" (Kofi Annan, Rapport du millénaire du Secrétaire général des Nations Unies, paragraphe 274). D'après les prévisions de la Banque mondiale, d'ici 2050, 40 % de la population mondiale connaîtra probablement une forme ou une autre de pénurie d'eau, et un habitant sur cinq vivra des pénuries graves. Le changement du climat mondial pourrait encore aggraver le problème.

Devant ces faits, le G8 désire contribuer à la gestion des ressources hydriques communes, et la promouvoir. Reconnaissant les grands efforts déployés par la communauté internationale pour promouvoir la coopération dans le domaine des ressources hydriques communes, le G8 offre aux États et aux organisations régionales de coopération concernées que cela intéresse, de partager son expérience et son expertise

La démarche du G8 face à cette question repose sur les principes suivants :

Prévention
Une saine gestion de l'eau peut faire plus pour tout le monde et atténuer les risques de conflits ayant l'eau pour origine. Les pays doivent avoir à coeur une gestion intégrée des ressources hydriques au niveau du bassin de réception, afin que les habitants disposent d'un approvisionnement en eau suffisant et équitable, régi par des politiques saines et durables.

Respect de la souveraineté
La seule façon de réussir la prévention des conflits dans le domaine de l'eau passe par le respect de la souveraineté des États directement touchés et de leur situation historique, culturelle et économique propre.

Coopération
La prévention et le règlement pacifique des conflits ayant l'eau pour origine ne sont possibles que s'il y a coopération mutuellement bénéfique. La question de la gestion conjointe des eaux communes ne constitue donc pas seulement un défi. Elle sert aussi de catalyseur à la coopération et offre la possibilité de susciter la confiance et de stimuler le développement.

La bonne gouvernance doit garantir, dans toutes les affaires liées à la gestion de l'eau, un processus de décisions à la fois transparent et participatif, et des prix justes où les considérations sociales entrent en ligne de compte, afin que les pauvres aient de l'eau à prix abordable. Les gouvernements ont une lourde responsabilité pour ce qui est d'assurer aux citoyens un approvisionnement en eau efficace, durable et équitable.

Le G8