Rapport d'avancement sur la lutte contre le terrorisme

Le 12 juin 2002

Nous, ministres des Affaires étrangères du G8, sous la présidence de l'Italie, avons convenu que les attaques haineuses perpétrées par des terroristes contre les États-Unis le 11 septembre exigeaient une réponse collective. Nous avons également convenu que d'autres attaques demeurent un danger réel face auquel nous devons être plus vigilants que jamais. C'est pourquoi, à la demande des dirigeants du G8, nous travaillons depuis l'automne dernier à l'élaboration de mesures concrètes pour lutter contre le terrorisme, faisant fond d'une coopération d'un quart de siècle entre nos pays dans ce domaine. Notre but est de nous assurer que des attaques terroristes comme celles du 11 septembre ne se reproduisent plus jamais.

Nous pouvons rendre compte des progrès réalisés dans trois domaines : le renforcement des mesures de sécurité à l'intérieur de nos frontières et entre nos pays, la mise en oeuvre et le renforcement des mesures internationales de lutte contre le terrorisme et, enfin, l'aide aux autres pays afin qu'ils mettent en oeuvre les mesures antiterroristes. Ces efforts ont été coordonnés avec ceux des ministres des Finances du G7 et des ministres de l'Intérieur et de la Justice du G8.

Renforcer les mesures de sécurité à l'intérieur de nos frontières et entre nos pays

Nous avons commencé par mettre de l'ordre chez nous. Les membres du G8 ont adopté de nouvelles lois et de nouvelles politiques qui renforcent nos activités antiterroristes dans les domaines politiques, diplomatiques, militaires, juridiques, policiers et financiers et dans le secteur du renseignement. Ensemble, nous avons investi des milliards de dollars pour améliorer la sécurité. Ces changements internes avaient pour but d'assurer des niveaux de sécurité comparables dans tous les pays du G8 et de faciliter la coopération entre eux de façon régulière comme en période de crise.

Désormais, les policiers, les juges et tous les autres spécialistes concernés des pays du G8 échangent plus d'informations et coordonnent leurs activités afin de découvrir et de détruire, là où elles existent, les ramifications entre le narcotrafic, le crime organisé, la migration clandestine et le financement du terrorisme. Ce travail est essentiel dans la mesure où les terroristes sont eux-mêmes bien intégrés aux réseaux criminels.

Nous avons également établi de nouvelles normes visant à assurer la sécurité des voyageurs, à l'intérieur de nos pays et dans le monde, quel que soit le moyen de transport - aérien, maritime ou terrestre. Les transporteurs aériens des membres du G8 doivent se soumettre à de nouvelles normes de sécurité rigoureuses et à des examens de rendement exigeants. Nous fournissons de nouvelles contributions importantes et volontaires à l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), en particulier à son programme de sûreté de l'aviation. Ces montants couvriront les coûts des vérifications du système de sûreté de l'aviation de chaque État, afin d'assurer la conformité aux normes internationales et de promouvoir la conception de nouvelles mesures de protection.

Mettre en oeuvre et renforcer les mesures internationales de lutte contre le terrorisme

Nous appliquons la résolution 1373 du Conseil de sécurité des Nations Unies et tous les instruments de lutte contre le terrorisme de l'ONU et nous nous efforçons de renforcer les obligations internationales dans ce domaine. En particulier, nous travaillons à assurer l'adhésion aux instruments de l'ONU en matière de lutte contre le terrorisme, en vertu desquels tous les États sont tenus de mettre en oeuvre des mesures spécifiques de prévention et de lutte contre les menaces terroristes telles que les bombardements, les détournements et les prises d'otages. Ces instruments, et la résolution 1373 du Conseil de sécurité des Nations Unies, exigent également que les États prennent des mesures pour priver les terroristes de tout refuge et prévenir le financement du terrorisme, le recrutement, l'approvisionnement en armes et tout autre soutien. L'ONU a un rôle pivot dans les efforts communs pour combattre le terrorisme. Nous persévérerons dans nos efforts à promouvoir un consensus international sur la Convention générale des Nations Unies contre le terrorisme international et sur la Convention internationale pour la suppression des actes de terrorisme nucléaire.

Nous ne pouvons pas laisser les terroristes désorganiser le commerce mondial en s'attaquant au transport maritime, aérien ou terrestre. C'est pourquoi nous avons conçu des procédures destinées à protéger les réseaux commerciaux. Les terroristes ne doivent pas non plus avoir accès à des armes de destruction massive. Nous avons donc discuté des mesures à prendre pour empêcher les terroristes ou ceux qui les accueillent de se procurer des armes chimiques, bioloiques, radiologiques et nucléaires (CBRN) et des missiles. En outre, les membres du G8 appellent tous les pays à adhérer et à se conformer pleinement aux instruments multilatéraux tels que le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, la Convention sur les armes chimiques et la Convention sur les armes biologiques et à toxines, et au besoin à renforcer ces instruments. Nous échangeons de l'information et du savoir-faire sur la circulation illicite de matières sensibles, nous prenons des mesures pour protéger les matériaux et les installations et nous renforçons les contrôles à l'exportation nationaux et internationaux contre les réseaux de contrebande. Nous sommes favorables à ce que l'Agence internationale de l'énergie atomique assume une responsabilité plus grande en matière de lutte contre le terrorisme et nous favorisons une adhésion plus large aux mesures de protection. En outre, nous appuyons les activités internationales relatives à la non-prolifération, notamment une initiative d'élimination du plutonium en excès des besoins de défense.

Aider les autres pays à mettre en oeuvre des mesures antiterroristes

Toutefois, mettre en oeuvre des mesures dans nos pays et renforcer le régime international ne sont pas suffisants. Nous nous engageons à aider d'autres pays à mettre en oeuvre les obligations des Nations Unies en matière de lutte contre le terrorisme. Nous les aidons actuellement à se doter de capacités à cet égard, par la formation, le renforcement des institutions, la coopération entre les corps dédiés respectivement au renseignement et au respect de la loi, l'échange de savoir-faire technique. Nous avons collaboré étroitement avec le Comité contre-terrorisme des Nations Unies et nous continuerons à le faire. Nous avons élaboré de nouvelles "Recommandations du G8 sur le contre le terrorisme", que nous avons l'intention de promouvoir dans nos campagnes de sensibilisation auprès des autres pays. Ces recommandations complètent les "Recommandations du G8 sur la criminalité transnationale" publiées le 14 mai par les ministres de la Justice et de l'Intérieur du G8. Les ministres des Affaires étrangères réclament davantage de travail sur les pratiques et normes de la lutte antiterroriste.

La lutte contre le terrorisme ne s'arrête pas là. D'autres mesures doivent être prises par tous les pays - individuellement et collectivement - à l'appui d'une offensive mondiale réellement efficace contre ce fléau. Nous sommes déterminés à coopérer avec la communauté internationale dans cet effort soutenu pour édifier un monde plus sûr.


Source: Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international