Déclarations et plans d'action

Déclarations de Saint-Petersbourg


Déclaration du G8
sur la coopération et les mesures ultérieures
pour la stabilisation et la reconstruction

Saint-Petersbourg, 16 juillet 2006

1. Le contexte international en mutation rapide et l'évolution de nouvelles menaces et de nouveaux enjeux nécessitent une action plus souple et mieux adaptée de la communauté internationale. Celle-ci doit en outre être prête à aider les États vulnérables et les gens à passer d'une situation de conflit à une paix durable, et cela, par une contribution énergique à la stabilisation et à la reconstruction. S'agissant des opérations internationales de maintien de la paix et de celles vouées à la stabilisation et à la reconstruction, l'Organisation des Nations Unies (ONU) joue un rôle de premier plan. Aussi l'ONU a-t-elle créé une nouvelle Commission de la consolidation de la paix, qui apportera un soutien durable, concerté et ciblé aux pays qui sortent d'un conflit. L'ONU met également sur pied en ce moment un bureau de soutien à la consolidation de la paix et un fonds permanent pour la consolidation de la paix. Elle passe également en revue son processus intégré de planification des missions, de façon à mieux tirer parti des mécanismes institutionnels. Conjugué à un partenariat judicieux avec des membres du G8 et d'autres acteurs, y compris des organisations régionales, cela se traduira par une meilleure protection des populations civiles et par une action internationale nettement mieux concertée et plus stratégique en matière de stabilisation et de reconstruction. Ces dernières années, des organisations multilatérales et régionales, ainsi que des pays, ont consacré des ressources importantes à l'élaboration de nouveaux outils pour la stabilisation et la reconstruction. Par ailleurs, des pays s'emploient, à titre individuel, à mieux utiliser leurs ressources nationales en intégrant leurs capacités diplomatiques, de défense et de développement, de manière à favoriser une planification et une stratégie communes en vue de la stabilisation et de la reconstruction.

[en haut]

2. Le G8 s'est attachée également à remédier aux lacunes de la stabilisation et de la reconstruction, avec un accent particulier sur l'Afrique. Tous ces efforts ont produit des dividendes, mais pour qu'ils soient véritablement couronnés de succès, les chefs d'État du G8 estiment qu'il faudra mener une action internationale plus cohérente, de manière à renforcer les capacités de l'ONU et à mettre à contribution des capacités nationales et régionales complémentaires. Les capacités nationales jouent un rôle de premier plan à cet égard et nous nous attendons à ce que l'action internationale soit un mélange d'initiatives onusiennes, régionales et nationales. En ce qui concerne la prévention des conflits, la stabilisation et la reconstruction, les chefs d'État du G8 s'engagent collectivement à mieux coordonner leurs efforts mutuels, ainsi que ceux déployés avec des partenaires externes cruciaux, de façon à établir des liens entre des initiatives existantes, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du G8, et à s'en inspirer. À ce titre, ils s'engagent à prendre les mesures suivantes :

[en haut]

Mesures visant à renforcer la collaboration en matière de stabilisation et de reconstruction

Coopération entre partenaires du G8 : Nous avons demandé à la présidence russe d'organiser et de diriger des consultations sur cette question. Des spécialistes du G8 inviteront des représentants de l'ONU et d'organisations régionales compétentes oeuvrant dans un large éventail de domaines (développement, sécurité et diplomatie), à se réunir dans les plus brefs délais en 2006, après l'Assemblée générale des Nations Unies, pour discuter de la faisabilité des mesures suivantes :

[en haut]

Source: Gouvernement du Canada